dimanche 29 décembre 2013

L. L. Kloetzer - Anamnèse de Lady Star

Fiche technique :

Titre : Anamnèse de Lady Star
Auteur : L. L. Kloetzer
Date de première publication : 2013
Nombre de pages : 455
Taille de l'écriture : Moyenne

Quatrième de couverture :

Futur proche.
Un attentat à Islamabad a provoqué une pandémie terrifiante. Les trois quarts de la population mondiale ont disparu. L'arme utilisée : la bombe iconique. Les coupables ont été retrouvés, jugés et exécutés. Mais certains se sont échappés.
Parmi eux, une femme, leur inspiratrice, leur muse. Sa simple existence est un risque tant qu'elle vit, la connaissance menant à la bombe reste accessible.
Elle a disparu, n'a laissé aucune trace, pas l'ombre d'une ombre. Des hommes disent pourtant l'avoir rencontrée : savants, soldats, terroristes, ermites... Ont-ils rêvé ?
Voici le récit d'une enquête, de l'Asie à l'Europe, des terres dévastées jusqu'aux sociétés hypertechnologiques de l'après-catastrophe. Un jeu de pistes, doublé d'une plongée dans les archives digitales de notre futur, avec le plus fou des enjeux : refermer la boîte de Pandore.

Mon avis :

   Ne pas savoir quoi attendre d'un livre avant de le commencer n'est pas une chose si rare. Aimer sa lecture sans véritablement comprendre pourquoi est une chose qui arrive. Refermer un livre et ne pas savoir quoi en penser ou en dire est une chose possible. Mais quand ces trois pensées découlent d'une seule oeuvre, on se retrouve devant un roman très particulier. J'appelle ça vulgairement un OLNI - un Objet Littéraire Non Identifié. Anamnèse de Lady Star est un OLNI.

   Ce qui frappe en premier, c'est la forme que prend le récit. Chaque chapitre évoque un lieu et une date différente et on y suit une histoire quasi-indépendante. Au fur et à mesure, deux axes se détachent, en alternance : le "présent" et le "passé". Le "présent" suit les recherches de Magda concernant une femme qui aurait participé au Satori, un attentat ayant drastiquement changé le monde. Le "passé" raconte l'histoire de différentes personnes ayant eu un lien avec cette femme.

   Pas de chronologie linéaire ici. Les époques s'alternent et se mélangent. Même si des informations sont toujours redonnées, cela demande un peu d'effort de la part du lecteur. Et globalement, Anamnèse de Lady Star est un roman exigeant. Mais qui a une vraie personnalité. Et un petit côté polar qui aide considérablement à passer les moments un peu plus difficiles.

   L'entité Kloetzer a un vrai talent. Tout d'abord dans la création de cet univers, que l'on découvre petit à petit et qui nous réserve toujours des surprises. La belle idée, c'est de ne pas nous assommer d'informations dès le départ. On avance vraiment pas à pas et cela évite une overdose fatale. Et puis il y a surtout, dans les chapitres du "passé", cette capacité à changer de style d'écriture en fonction du personnage. Grandiose.

   Ma chronique part dans tous les sens, j'en ai bien conscience. J'ai essayé plusieurs fois mais je n'arrive pas à structurer ce que je voudrais dire. C'est surement l'effet de ce livre où le fouillis et le doute sont omniprésents. Au final, c'est presque la meilleure manière pour moi de montrer l'impact qu'il a eu. Ce roman est vaste et il y a énormément d'éléments qui pourrait être mis en avant, par exemple son excellent titre (ou sa très belle couverture). Mais comme je ne peux pas tous les citer, je ne peux que vous conseiller une chose : lisez-le. Ce n'est pas une lecture facile et elle n'est pas sûre de vous plaire. Personnellement, j'ai eu du mal avec la dernière centaine de pages, et je garde pourtant un excellent souvenir de ce livre. Cela fait deux semaines que je l'ai lu et pourtant mon esprit tourne toujours dans tous les sens dès que j'y pense. Il est différent. Il mérite d'y accorder du temps.

« Elle veut qu’on la cherche, Christian, elle nous raconte une histoire. Pas un de ces scénarios où tout s’arrange, où chaque point répond à une question, non, elle nous raconte une histoire vraie, faite de témoignages contradictoires, de balbutiements, de rêves, faite de ce que nous sommes et de ce que nous aurions aimés être. Et chaque élément que nous découvrirons complétera l’image et la contredira, ouvrira de nouvelles portes, pour que nous continuions à travailler, à avance dans le labyrinthe, à penser à elle. Elle a besoin de nous, elle a besoin que nous la cherchions à jamais. »

Une nouvelle lecture pour le Challenge Francofou.

L'avis de Julien, Tigger Lilly, Lune, Lhisbei, BlackWolf, ...

Conclusion :

5/5 : A lire au moins pour la première partie totalement bluffante.

Echoes by Pink Floyd_(p) on Grooveshark
Parce que la chanson est citée à un moment...

jeudi 26 décembre 2013

Keigo Higashino - Un café maison

Fiche technique :

Titre : Un café maison
Auteur : Keigo Higashino
Date de première publication : 2008
Nombre de pages : 335
Taille de l'écriture : Moyenne

Quatrième de couverture :

Dans une maison des beaux quartiers de Tokyo, Yoshitaka Mashiba annonce froidement à son épouse Ayané qu’il va la quitter et qu’elle ne doit pas en être surprise, puisqu’elle n’a pas respecté les conditions du contrat qui les liait en ne lui donnant pas d’enfant. Qui plus est, il a rencontré une autre femme, et il veut reprendre sa liberté. Elle décide alors de partir passer quelques jours chez ses parents, à Sapporo.
Le surlendemain, on retrouve le cadavre de Yoshitaka gisant dans son salon à côté d’une tasse de café renversée. Kusanagi et son équipe sont dépêchés sur les lieux. Prévenue, l’épouse de la victime rentre de Sapporo, et visiblement l’inspecteur n’est pas insensible à ses attraits. Sur le front de l’enquête, il est rapidement établi que le café bu par Mashiba contenait de l’arsenic, mais le meurtre a autrement toutes les apparences du crime parfait. Soupçonnant Ayané Mashiba, la collègue de Kusanagi prend alors contact avec le physicien Yukawa, qui a déjà aidé la police dans le cadre d’affaires apparemment insolubles. Il refuse d’abord de l’aider, mais change d’avis lorsqu’elle lui apprend que les sentiments de Kusanagi pour la suspecte semblent l’égarer.
Keigo Higashino reprend le couple Kusanagi-Yukawa, déjà rencontré dans Le Dévouement du suspect X, et noue une nouvelle fois une énigme pleine de nuances, dans laquelle séduction et déduction se livrent à une joute délicieuse qui fait tout le charme de ce roman, couronné du prix Naoki, l’un des plus prestigieux au Japon.

Mon avis :

   La lecture japonaise du mois de décembre, toujours dans le cadre du Challenge Écrivains Japonais d'Adalana. Ce mois-ci aucun auteur n'est imposé, le choix est libre (et d'autant plus compliqué). Pour boucler la boucle et parce que ma première lecture de l'auteur m'avait donné envie de recommencer, j'ai décidé de rencontrer une nouvelle fois Keigo Higashino.

   La Maison où je suis mort autrefois m'avait marqué pour son ambiance très minimaliste et son quasi-huis clos. J'ai encore quelques frissons et un peu d'angoisse rien que d'y penser. Un café maison, ce n'est pas pareil. Même si on retrouve ce côté minimaliste avec finalement très peu d'éléments abordés et aucune "action", tout étant axé sur les détails et l'avancée très petit à très petit, l'ambiance n'est pas au rendez-vous. Je ne trouve qu'un mot pour la désigner : c'est plat. Les personnages n'ont pas de profondeur, j'ai parfois eu l'impression de suivre des robots.

   Heureusement, l'histoire tient la route. Kusanagi et Yukawa, un duo déjà apparu dans Le Dévouement du suspect X (que je n'ai pas lu, cela ne gêne rien la lecture de celui-ci), mène l'enquête sur ce qui ressemble à un meurtre parfait. On sait assez rapidement qui a fait le coup, mais il est impossible de comprendre comment et pourquoi il a eu lieu. Même si je ne l'ai jamais lu (à vrai dire cela m'a rappelé que je devais le faire), cela m'a fait penser au Mystère de la chambre jaune (donc peut-être à tort - cette phrase est vraiment d'une utilité toute relative).

   On a envie de découvrir la solution de l'énigme et cela porte entièrement le récit. La réponse est globalement satisfaisante. L'histoire va à l'essentiel et ne traite d'aucun détails inutiles ou d'histoires parallèles. Cela permet de rester toujours dans l'expectative d'une avancée et donne un suspense constant. Malheureusement, cela participe aussi d'un manque d'ambiance général et de profondeur. Un bon livre tout de même qui repose sur une ficelle dans une atmosphère bizarre.



Conclusion :

4/5 : A lire pour la bonne idée de meurtre "parfait".

Café by Oldelaf & Monsieur D on Grooveshark
Parce que le café a toute son importance dans ce livre...

lundi 23 décembre 2013

Jack Vance - La Machine à tuer

Fiche technique :

Titre : La Machine à tuer
Auteur : Jack Vance
Date de première publication : 1964
Nombre de pages : 281
Taille de l'écriture : Moyenne

Série : La Geste des Princes-Démons
Tome : 2/5

Quatrième de couverture :

À peine débarrassé du monstre Malagate, Kirth Gersen poursuit sa vengeance à travers l’Œcumène galactique. De monde en monde, il traque le prince-démon Kokor Hekkus dont l’œuvre principale s’intitule Théorie et pratique de la terreur. Mais Gersen devra affronter la terrible machine à tuer que le prince-démon a fait fabriquer pour appliquer ses idées morbides.

Mon avis :

   Il ne m'aura pas fallu longtemps pour replonger. Après avoir dévoré Le Prince des étoiles, place à La Machine à tuer, deuxième tome de La Geste des Princes-Démons et donc deuxième Prince-Démon : Kokor Hekkus.

  Après avoir bien accroché au premier tome, une seule question se posait : Jack Vance va-t-il réussir à se renouveler ? La réponse est oui. Le plus fort, c'est qu'il y arrive tout en reprenant exactement les mêmes ingrédients et les mêmes mécanismes. Je ne sais pas si ma fascination durera pour l'ensemble du cycle, mais je suis pour l'instant impressionné.

   En une page, Jack Vance parvient à résumer toute l'intrigue développée précédemment. Puis c'est reparti. Kirth Gersen, avec un peu (beaucoup) de chance, se retrouve sur la piste d'un nouveau Prince-Démon. Bien sûr, Kokor Hekkus est mystérieux et plus connu de réputation que de visu. En utilisant avec réussite la même ficelle que dans le premier tome, "on ne sait pas qui il est donc il peut être n'importe où et n'importe qui", Jack Vance prouve qu'il n'a rien à envier à certains auteurs de polars, tant il parvient à garder du mystère et du doute jusqu'au bout.

   Même si la finalité de l'histoire est identique, la manière d'y arriver change suffisamment pour rester intéressante. On explore un peu plus l'Œcumène, qui apparaît de plus en plus vaste, ainsi que ses populations, ses traditions et son organisation (avec une mention spéciale pour Interéchanges, la société indépendante qui gère les échanges entre kidnappeurs et payeurs de rançons). Je reste bouche bée devant la capacité de Jack Vance à créer et gérer, en si peu de mots et de descriptions, un univers si grand et qui semble maîtrisé dans ses moindres détails.

   Bien sûr, on retrouve aussi notre dose d'action. Ainsi que notre dose d'intelligence et de ruses. Et même un petit peu d'humour. Voire quelques belles pensées et idées sur notre monde à nous. Sans oublier une belle demoiselle en détresse pour James Bond Kirth Gersen. Le tout forme un roman encore meilleur que le premier (grâce notamment à toute la partie concernant Interéchanges et aux textes introductifs encore plus ciselés) et qui remplit parfaitement son rôle : divertir.


En un sens, l’expansion de l’homme dans la galaxie peut être considérée comme une régression de la civilisation. L’homme avait réussi, sur la Terre, après de nombreux milliers d’années d’efforts, à mettre au point un semblant de définition du bien et du mal. Il semble qu’en quittant la Terre pour les étoiles, il ait laissé cette définition derrière lui…


Une deuxième lecture pour le Défi Jack Vance.

Conclusion :

5/5 : À lire pour une excellente aventure sans prise de tête.

Killing In the Name by La Maison Tellier on Grooveshark
Parce que "Killing" et que le groupe originel est "Rage against the machine"...

vendredi 20 décembre 2013

Joe Abercrombie - L'Éloquence de l'épée

Fiche technique :

Titre : L'Éloquence de l'épée
Auteur : Joe Abercrombie
Date de première publication : 2006
Nombre de pages : 574
Taille de l'écriture : Moyenne

Série : La Première Loi
Tome : 1/3

Quatrième de couverture :

Logen Neuf-Doigts, le barbare le plus redouté du Nord, a finalement vu sa chance tourner : son dernier combat risque bien d'être celui de trop. La perspective de ne laisser à ses ennemis hilares qu'une poignée de mauvaises chansons ne l'enchante guère ; aussi, quand les esprits lui révèlent qu'un mystérieux mage l'attend au Sud, se met-il en route. Après tout, qu'a-t-il de mieux à faire ?
Jeune et fringant officier, le capitaine Jezal dan Luthar n'a rien de plus dangereux en tête qu'arnaquer ses amis aux cartes, se mettre minable et remporter le Tournoi annuel d'escrime. Mais la guerre gronde, et les batailles qu'on livre sur le front du Nord ne s'interrompent pas au premier sang.
Tortionnaire accompli, l'Inquisiteur Glotka ne rêve que de voir l'arrogant capitaine tomber entre ses mains. Mais lui ou un autre, Glotka déteste tout le monde : obtenir des aveux de traîtrise à longueur de journée laisse peu de place à l'amitié. Sa dernière piste de cadavres pourrait bien le conduire droit au cœur du gouvernement corrompu... si toutefois il vit assez longtemps pour la suivre.
Alors que de funestes complots sont sur le point d'être révélés, que des querelles millénaires remontent à la surface, la ligne qui sépare les héros des traîtres est assez fine pour faire couler le sang !

Mon avis :

   Avec la sortie récente de Les Héros, un one-shot bien tentant, il était temps que je me plonge dans l'univers de Joe Abercrombie et de sa trilogie La Première Loi (qui utilise le même monde que Les Héros). À noter que ce premier tome s'intitule L'Éloquence de l'épée dans sa première édition mais a été renommé Premier sang dans les versions suivantes.

   Classiquement, la première partie du récit nous offre un tour d'horizon des différents protagonistes. Mais une chose est frappante : tous sont plus ou moins présentés comme mauvais. Certains peuvent avoir quelques excuses ou donner l'impression de changer, mais les faits sont là, pas de grand chevalier blanc ici. C'est une fantasy très sombre et pessimiste que décrit Abercrombie.

   Cela ne donne pas une entrée en matière facile, avec des personnages que l'on a pas forcément envie d'apprécier (Logen est peut-être le seul sympathique, Glotka étant fascinant pour d'autres raisons) et quelques moments difficiles (j'ai encore des frissons de la scène de torture...), mais cela crée une vraie ambiance particulière. Certes c'est noir, mais c'est surtout rare et génial. Le style d'Abercrombie aide aussi à rentrer dedans. Tout en dialogues et en actions simples (à deux scènes près), les pages s'enchaînent facilement.

   Puis vient l'histoire en elle-même. Après un début si particulier et porteur d'espoir, la suite semble malheureusement très banale. Légère déception sur ce point. Les protagonistes vont caricaturalement passer 500 pages à voyager pour se regrouper et effectuer un remake de La Communauté de l'Anneau : des personnages bien différents, qui ne s'aiment pas, sont réunis par un mage, qui en sait plus qu'il ne le dit, pour partir dans une quête qui sauvera le monde.

   Comme je l'ai déjà dit, cela se lit malgré tout très bien. L'histoire de Glotka, personnage le plus trouble, donne un vrai intérêt à ce premier tome. L'ambiance est excellente et l'univers semble avoir du potentiel. Considérons que ceci est une longue introduction pour poser les bases. À voir si le deuxième tome saura redonner un peu de folie à tout cela.

Ah, le chagrin de l’amante délaissée. Privation. Colère. Honte. Impression qu’on ne s’en remettra jamais. Quel poète a donc écrit qu’il n’y a pire chagrin que celui d’un coeur brisé ? Niaiseries sentimentales. Il aurait dû passer plus de temps dans les geôles de l’empereur. (...) Un coeur brisé finit par guérir ; des dents cassées, jamais.

À lire aussi, l'avis de Lorhkan et BlackWolf.

Conclusion :

4/5 : À lire pour l'ambiance et les personnages sombres et pessimistes.

Axe or Sword? by Howard Shore on Grooveshark
Parce que épée/sword et que là aussi tout est dans l'ambiance...

mardi 17 décembre 2013

Jack Vance - Le Prince des étoiles

Fiche technique :

Titre : Le Prince des étoiles
Auteur : Jack Vance
Date de première publication : 1963
Nombre de pages : 319
Taille de l'écriture : Moyenne

Série : La Geste des Princes-Démons
Tome : 1/5

Quatrième de couverture :

Kirth Gersen a voué son existence à une vengeance. Des princes des étoiles ont jadis tué ses parents et emmené sa famille en esclavage.
À la poursuite d'Attel Malagate, le premier d'entre eux, dont il ne connaît que le nom, Gersen s'engage à travers la Galaxie dans une impitoyable chasse à l'homme.

Mon avis :

   Jack Vance est mort en mai dernier, ce qui a donné la bonne idée à Cornwall de lui rendre hommage en organisant le Défi Jack Vance, qui consiste à lire des ouvrages de l'auteur. L'occasion pour moi de le découvrir.

   Le Prince des étoiles est le premier tome, sur cinq, de La Geste des Princes-Démons. Cette série conte les aventures de Kirth Gersen, un terrien qui recherche les 5 Princes-Démons qui ont réduit son village en esclavage pour se venger (et soyons clairs, se venger veut dire les tuer). 5 livres, 5 ennemis, je ne vous fais pas un dessin.

   C'est une pure aventure spatiale que propose Jack Vance. Basiquement, son héros voyage dans l'espace et s'infiltre dans divers lieux (avec le lot de bagarres et d'explosions réglementaire) pour arriver à ses fins. Pas de longues explications, pas de grandes réflexions sur la vengeance et le fait de tuer, ici c'est l'action et l'aventure qui priment. Entre tout ça, Jack Vance nous explique rapidement le passé de Kirth, juste ce qu'il faut pour donner de la cohérence au tout.

   Cela peut sembler un peu barbare de la manière dont je l'explique, mais c'est quand même un peu plus que ça. Pas de testostérone à profusion, Kirth agit aussi et surtout avec intelligence. D'ailleurs, le livre tournera quasiment au roman policier dans sa seconde partie quand, à la recherche de l'identité véritable d'Attel Malagate, Kirth devra démêler le vrai du faux devant trois suspects.

   Bien que le livre ne soit pas saturé de descriptions, Jack Vance parvient quand même intelligemment à créer et faire découvrir son univers via des citations et extraits de textes présents à chaque début de chapitre. Toujours en rapport avec ce qui va suivre, c'est un moyen sympathique d'en apprendre un peu plus sans faire baisser le rythme du roman.

   Le Prince des étoiles est une histoire tout à fait plaisante. Pas de prise de tête, ce n'est clairement pas là pour révolutionner le genre, mais c'est tout à fait efficace pour une aventure rythmée. Un bon moment à passer, c'est bien là l'essentiel.

« Qu’est-ce qu’un méchant ? Est méchant tout homme qui contraint ses semblables à l’obéissance pour atteindre ses buts personnels, détruit la beauté, provoque la douleur, supprime la vie. Il faut te souvenir qu’en supprimant les méchants, tu ne détruis pas le mal, car ce serait confondre un individu avec une situation. (...) C’est une tâche dont tu ne verras jamais la fin. »


Conclusion :

4/5 : À lire pour peu de réflexions/descriptions et beaucoup d'actions/aventures.

Starwars Main Theme by John Williams on Grooveshark
Parce qu'étoiles et aventures...

lundi 16 décembre 2013

Ecran de fumée #1 - La Désolation de Smaug

Si l'on m'avait dit qu'un jour je parlerais de cinéma sur ce blog, je n'y aurais pas cru. Déjà que si on m'avait dit que je parlerais de littérature...
Mais là, après avoir vu La Désolation de Smaug et surtout après avoir lu la chronique de Lorhkan, j'ai eu envie de partager mes impressions. Tout comme j'ai lancé ce blog pour pouvoir dire à haute voix (oui, à haute voix, je maintiens) tous ces "Waaah" ou "Oooh" que me procuraient mes lectures, ce film me donne envie de lancer plein de remarques.

Avant tout, un rapide avis général : ce film est très bon. J'ai passé 2h40 très plaisante, sans voir le temps passer. Ma seule envie quand le nom de Peter Jackson s'est inscrit sur l'écran était de voir la suite (bon, la manière de finir le film y est surement pour quelque chose, on y reviendra). Alors oui, ce n'est pas un film qui développe grandiosement l'univers, c'est bourré de scènes d'actions surréalistes, mais j'y ai pris du plaisir. L'intrigue est globalement respectée et il y a plein de nains, que demander de plus ?

Pourtant, si je trouve La Désolation de Smaug excellent en tant que plaisir pur, il y a des tas de détails et de remarques à souligner. En voici 42, positives, négatives ou neutres, sur tout et n'importe quoi.
Attention, il y a dans cette liste un fort risque de spoiler vis-à-vis du film (je resterai vague concernant le livre ou je préciserai le cas échéant).


  1. "Mince, ils se sont trompés, ils projettent La Communauté de l'Anneau !" - cette première scène sent vraiment le copier/coller.
  2. Pour rester sur la première scène, son intérêt est assez flou... Un petit rappel du but de l'histoire pour les amnésiques ?
  3. Comment peut-il n'y avoir qu'un seul nain sur l'affiche ?
  4. Je viens de voir le mot "Ouargues" s'inscrire sur l'écran... Really ?
  5. Les Wargs sont vraiment classes.
  6. Trois films ne donnaient pas assez de temps à Peter Jackson, il a été obligé de raccourcir au maximum le passage de Beorn (qui m'avait semblé une partie assez conséquente du livre).
  7. Bilbo n'a pas l'anneau et il ne comprend pas les araignées. Il met l'anneau, il comprend les araignées. Il enlève l'anneau, il comprend les araignées.
  8. Dans mon souvenir, c'est un faux banquet organisé par les elfes qui faisait dévier la compagnie de la voie de la forêt (et renforçait le côté méchant des elfes).
  9. "Eh mince, il est vraiment là" - Legolas entre en scène.
  10. Ils ont quand même osé donner un peu de noirceur à Legolas, je leur accorde un bon point.
  11. Je suis pas un spécialiste, mais il n'y a aucun risque de contradictions à faire apparaître Legolas ici ?
  12. Evangeline Lily qui joue un personnage qui parle des étoiles et de mysticisme : un hommage à Lost ?
  13. Excusez-moi, mais je ne vois absolument pas comment ces tonneaux peuvent flotter pendant toute la descente...
  14. Ceci dit, cette scène est tout à fait exceptionnelle, la deuxième meilleure du film et peut-être ma nouvelle scène de combat préférée de l'univers de Tolkien au cinéma.
  15. J'ai mis beaucoup trop longtemps à me rendre compte que le Monsieur, c'est Bard.
  16. D'ailleurs, Bard ressemble à quelqu'un, mais je ne trouve pas qui. Peut-être un côté Leonardo DiCaprio.
  17. Avec tous les poissons passés par dessus bord, je ne crois pas qu'il puisse en rester autant dans les tonneaux...
  18. Donc Kili est mis en avant. Et Fili, on le laisse tomber ?
  19. Pourquoi Girion n'a pas tiré sa dernière flèche noire ?
  20. "He is Thorin, son of Thrain, son of Thror, and king under the hill !"
  21. Ça y est, Peter Jackson prend un peu trop ses aises et fait n'importe quoi avec les nains.
  22. Kili et Fili étaient mes préférés dans le livre après Thorin. J'ai l'impression que leur histoire est en train d'être gâchée et j'ai peur pour le troisième film. Et puis c'est vraiment injuste pour eux de ne pas être là pour l'ouverture.
  23. Bifur (ou Fili ? ou un autre, je ne suis pas sûr) trouve exactement les herbes qu'il faut, mais tout le mérite revient à Thauriel...
  24. Pendant ce temps-là, Bombur parvient lui jusqu'à la porte, ce qu'il ne fait pas dans le livre selon mon souvenir (ils ne peuvent pas le tirer via la corde, corde inutilisée ici)
  25. La grande énigme de la porte dure tellement peu de temps.
  26. Les nains courent vite, c'est connu, mais au point de remonter l'escalier en quelques secondes...
  27. La conversation entre Balin et Bilbo est excellente...
  28. ... sauf qu'on ne voit pas Balin expliquer à Bilbo de flatter Smaug, ce qui aurait donné un surplus d'explication et de crédibilité utile.
  29. Je remarque que la musique n'est pas remarquable. Habituelle et dans l'ambiance, mais rien de transcendant comme le Misty Mountains qui revenait dans Un Voyage inattendu.
  30. La rencontre tant attendue entre Bilbo et Smaug, et l'apparition entière du dragon : très réussie.
  31. Malgré la voix modifiée, on reconnait quelques intonations à la Sherlock de Benedict Cumberbatch, ce qui rend les dialogues avec Martin "Watson" Freeman encore plus savoureux.
  32. Pendant que j'y suis, je trouve que Martin Freeman campe vraiment un très très bon Bilbo. Et quelle capacité d'expression de son visage !
  33. J'ai toujours trouvé ironique que Bilbo le Hobbit soit un livre enfantin alors que Thorin est pour moi l'un des personnages les plus travaillés et complexes de Tolkien. C'est d'ailleurs très bien rendu jusqu'à présent par Peter Jackson, un grand bravo.
  34. Assez logiquement, toute cette fin Nains vs Dragon manque un peu de crédibilité. Il n'en attrape aucun ? Vraiment ?
  35. Heureusement que Thorin a lancé son commandement dans la salle des forges, cela m'a fait me rendre compte que j'étais en apnée depuis le début du combat.
  36. La question qui n'aura jamais de réponse : fallait-il vraiment ajouter le "What have we done ?" de Bilbo ? Ou finir sur la phrase précédente (la meilleure du film) ?
  37. C'est peut-être en partie attendu, mais malgré tout cela fonctionne : quelle fin !
  38. La chanson d'Ed Sheeran ne parait pas complètement déplacé.
  39. J'ai complètement oublié Gandalf. Des scènes sympathiques qui offre une respiration.
  40. J'ai hâte de voir le dernier film. J'ai des doutes sur certains aspects (ok, j'ai des doutes sur Kili et Fili), mais il y a vraiment de quoi finir en apothéose, avec encore des actions par centaines. Plus qu'un an.
  41. Les nains sont les meilleurs.
  42. "I am fire ! I am death !"

vendredi 13 décembre 2013

Gérard Klein - Le Gambit des étoiles

Fiche technique :

Titre : Le Gambit des étoiles
Auteur : Gérard Klein
Date de première publication : 1958
Nombre de pages : 254
Taille de l'écriture : Moyenne

Quatrième de couverture :

La Galaxie humaine, en dépit de son nom présomptueux, n'était qu'un îlot minuscule dans l'immense océan de l'espace. Mais elle avait l'ambition de faire coïncider ses frontières avec les limites spiralées de la galaxie stellaire.
C'était bien le dernier souci de Jerg Algan, vagabond inadapté dont la disparition n'inquiéterait personne.
Excellente raison pour l'expédier - contre son gré - en explorateur ou en ambassadeur, vers le centre de la Galaxie où se tramaient d'obscurs complots et se déchaînaient des forces immenses.
Avec pour seul viatique un échiquier et une drogue, le Zotl.

Mon avis :

   Le Gambit des étoiles est le, quasiment, premier roman de Gérard Klein et en tout cas le premier que je lis de l'auteur. Je ne peux m'empêcher de souligner la sympathique couverture de Manchu, dont je ne peux m'empêcher de remarquer la ressemblance avec la couverture de La Tour de Babylone, d'un certain... Manchu.

   Avant tout, j'ai apprécié la préface de Gérard Klein (de 1986), qui recontextualise le récit, offre un petit aperçu des objectifs et de l'état d'esprit du monsieur et m'a surtout fait commencer le roman avec un état d'esprit positif. Elle est d'ailleurs lisible ici.

   Comme son titre l'explicite très bien, Le Gambit des étoiles se passe dans les étoiles et a trait aux échecs. Jerg Algan, petit pion humain, est propulsé dans l'au-delà pour initialement découvrir de nouveaux mondes et pour finalement se retrouver à démêler les arcanes du pouvoir en place (pourquoi ? parce que). Le mystère plane sur comment l'univers est dirigé et qui le dirige vraiment. La lecture est intéressante, surtout avec la métaphore des échecs qui revient donner de la voix assez régulièrement (parce que c'est sympa les échecs), bien que ça soit parfois un peu flou de comprendre exactement ce que cela peut vouloir signifier.

   On pourra tout de même regretter plusieurs choses. Le livre repose sur le mystère et le suspens mais il ne se laisse pas assez de temps pour être totalement efficace. C'est à la fois sympathique de ne pas avoir des centaines de pages à lire pour découvrir la conclusion, mais on y arrive si rapidement que le questionnement n'a pas eu véritablement le temps de nous imprégner.

   Ne vous attendez pas non plus à des batailles spatiales et à énormément d'actions. Ici, l'histoire se déroule majoritairement par des dialogues, et les actions sont le plus souvent racontées et non vécues. Je n'ai pas trouvé ça particulièrement gênant, tout comme je n'ai pas été gêné par l'aspect scientifique peu développé (au contraire, mais si jamais vous avez plus d'exigences que moi...). Le décalage temporel, qui fait que le temps s'écoule différemment pour ceux qui se déplacent à une vitesse proche de celle de la lumière, est une donnée essentielle de l'univers décrit mais n'est finalement que très peu expliqué.

   Bien, sans être excellent, Le Gambit des étoiles ne me laissera pas un souvenir impérissable. Malgré tout, cela reste un bon moment à passer. Une lecture simple et rapide, efficace sans rien avoir d'exceptionnel. Mais tous les livres ne peuvent pas l'être, n'est-ce pas ?


Une nouvelle lecture pour le Challenge Francofou.

Conclusion :

4/5 : À lire pour un roman "normal", bien sans plus, pour se mettre la tête dans les étoiles.

Stars by Jack Johnson on Grooveshark
Parce qu'il est question d'étoiles...

mardi 10 décembre 2013

3 nouvelles de la collection Micro Walrus

Walrus est une maison d'édition numérique indépendante. Grâce à un partenariat avec le JLNN, j'ai pu découvrir quelques titres de la collection Micro Walrus qui, comme son nom l'indique, donne la part belle aux textes courts :
La nouvelle n’est pas morte ! Avec Micro, la collection de textes courts de Walrus, redécouvrez le plaisir de vous plonger dans l’univers d’un auteur sans pour autant y passer des heures. Ces histoires courtes, format épisodes de série, vous demanderont de trente minutes à une heure de votre temps et vous feront voyager loin !

Titre : 1888
Auteur : Céline Etcheberry
Date de première publication : 2013
Nombre de pages : 55 (epub)
Taille de l'écriture : Moyenne-grande

" Entre Jack et sa montre à gousset, c’est une vieille histoire d’amour : la délicate pièce d’horlogerie est une fidèle amie et il ne faudrait pas qu’il lui arrive malheur. Mais les rues de Londres, en cette fin de dix-neuvième siècle, sont quelquefois mal fréquentées. Et ce ne sont pas les victimes de Jack qui vous diront le contraire. Nuit après nuit, alors que la célébrité n’a pas encore frappé à la porte, Jack écume les ruelles sombres pour assouvir sa soif de sang. Mais cette soif lui appartient-elle vraiment ? "

Une relecture de Jack l'éventreur (accompagné d'une montre) sur fond de faits historiques et de voyage dans le temps. J'ai malheureusement eu du mal à admettre la vraisemblance de l'histoire, pour ne pas dire que je ne l'ai pas comprise. C'est sans doute aussi la raison pour laquelle je n'ai pas vraiment compris la fin. Point positif tout de même, l'écriture est très fluide et la lecture est agréable. Et bonne idée d'avoir Jack en tant que personnage principal et de suivre son point de vue. Du potentiel.


Titre : En Adon je puise mes forces
Auteur : Dominique Lémuri
Date de première publication : 2013
Nombre de pages : 50 (epub)
Taille de l'écriture : Moyenne-grande

"Elthya est une prêtresse phénicienne qui pleure son roi défunt. Mais alors qu'elle récite ses oraisons, un vent étrange se met à souffler sur le tombeau. Pendant ce temps, Vjlir se lance à la poursuite d'un redoutable criminel qui vient d'échapper à sa vigilance et à celle de ses gardiens. Le fugitif, Majjaar, a volé une capsule de sauvetage du vaisseau qui les transportaient tous vers le bagne de Mamm et a dirigé ses propulseurs vers une petite planète. Quel rapport entre les deux ? Et bien Elthya s'apprête à faire une incroyable rencontre."

Une histoire qui prend place en Phénicie, ce n'est pas commun. Alors quand en plus des extraterrestres s'y mêlent, le dépaysement est garanti. On enchaîne les points de vue de trois personnages qui n'ont rien en commun dans cette nouvelle pleine d'action et sans temps mort. Un bon mélange de science-fiction et d'Histoire fantastique pour une lecture très agréable, dotée d'une conclusion inattendue. Et puis, ne serait-ce que pour une course-poursuite extraterrestre en Phénicie...


Titre : Carpe Sesamum
Auteur : Esteban Bogasi
Date de première publication : 2013
Nombre de pages : 53 (epub)
Taille de l'écriture : Moyenne-grande

"Vladimir est un vampire bien embêté : prisonnier d’un mauvais sort lancé par son épouse - sans doute un peu trop jalouse de ses aventures extraconjugales avec une louve-garou - le voilà bloqué sur une plage déserte, à quelques heures du lever du soleil. Dans sa grande mansuétude, l’épouse bafouée a néanmoins pensé à lui laisser son cercueil... sauf que le vampire tête-en-l’air a oublié la formule pour l’ouvrir. Ah, ces systèmes modernes ! Au gré de ses rencontres improbables et fantaisistes, Vladimir va devoir faire preuve d’ingéniosité pour se tirer de ce mauvais pas."

La nouvelle qui me faisait le plus envie tant l'idée me semblait folle. Et elle l'est : un vampire est échoué une nuit sur une plage avec un cercueil dont il a oublié le mot de passe et seulement quelques heures pour trouver une solution, au gré peut-être des différentes rencontres qu'il va faire sur cette plage bien fréquentée. Les situations s'enchaînent, tout comme les sourires. C'est un peu du n'importe quoi (dans le bon sens du terme), et ça mériterait même d'oser partir encore plus loin. Un moment sympathique en tout cas, avec un dénouement dans la lignée du reste, qui m'aura naturellement fait sortir un "ahaha, c'est le pompon !".


Une participation de plus pour le JLNN.

Une nouvelle lecture pour le Challenge Francofou.

Conclusion :

4/5 : En Adon je puise mes forces et Carpe Sesamum sont de bons moments à passer, pour respectivement de l'action et de l'humour.

I Am The Walrus by Jim Carey on Grooveshark
Parce que Walrus, forcément...

lundi 9 décembre 2013

Greg Egan - En apprenant à être moi

Fiche technique :

Titre : En apprenant à être moi
Auteur : Greg Egan
Date de première publication : 1990
Nombre de pages : 27 (pdf)
Taille de l'écriture : Moyenne

Quatrième de couverture :

« J’avais six ans lorsque mes parents m’ont dit que j’avais dans le crâne un petit cristal sombre qui apprenait à être moi. »
La matière organique est faible et périssable. Rien ne vaut le cristal Ndoli, cette invention révolutionnaire qui stocke la personnalité d’un individu dans sa nano-structure de carbone, rendant tout un chacun virtuellement immortel. Mais reste-t-on soi-même ? Demeure-t-on humain ? Et qu’est-ce, être humain ?

Mon avis :

   À l'occasion de la sortie en numérique des trois tomes de l'Intégrale raisonnée des nouvelles de Greg Egan, Le Bélial' offre pendant le mois de décembre la nouvelle En apprenant à être moi, extraite du recueil Axiomatique.

   En me renseignant un peu sur l'auteur, je m'attendais, avec un peu d'appréhension, à une lecture potentiellement hard science. Et en fait, pas du tout. Le narrateur, comme tous les êtres humains de ce monde, a un cristal dans la tête qui "apprend à être lui", pour pouvoir remplacer son cerveau un jour et le rendre potentiellement immortel. Voilà à peu près tout pour le côté science-fiction.

   L'aspect essentiel de cette nouvelle est le questionnement philosophique du narrateur. Sera-t-il toujours lui-même quand le cristal aura remplacé son cerveau ? Et très globalement, qu'est-ce que la vie et la mort ? Intéressant, mais pas forcément inédit. J'ai même trouvé ça légèrement angoissant.

   Et puis est arrivé le twist. Je ne peux pas dire que je m'y attendais à 100%, mais je ne peux pas dire non plus que j'étais surpris, malheureusement. La fin qui suit perd un peu l'intérêt qu'avait posées les réflexions du narrateur et laisse un goût d'inachevé, de "Oui. Et ?".

   L'idée de départ est bonne. Malheureusement, elle n'est pas suffisante pour porter la nouvelle dans son entièreté, tout du moins de la manière dont l'auteur l'utilise. Dommage.


Une participation de plus pour le JLNN.

Conclusion :

3/5 : À la rigueur pour découvrir l'auteur et une bonne idée.

Betterman by The John Butler Trio on Grooveshark
Parce qu'à auteur australien, groupe australien...

dimanche 8 décembre 2013

Ted Chiang - La Tour de Babylone

Fiche technique :

Titre : La Tour de Babylone
Auteur : Ted Chiang
Date de première publication : 2002
Nombre de pages : 341
Taille de l'écriture : Moyenne

Quatrième de couverture :

Entre 1991 et 2002, Ted Chiang a écrit huit nouvelles (toutes réunies dans ce recueil). Ces textes, ciselés par un véritable surdoué, ont été récompensés par une kyrielle de prix littéraires. « La tour de Babylone », la première nouvelle publiée par l'auteur, a eu les honneurs du prix Nebula. « L'histoire de ta vie » a été récompensée par un autre Nebula et le Theodore Sturgeon Award. « Soixante-douze lettres » a été nominée au prix Hugo et a reçu le Sidewise Award. « L'enfer, quand Dieu n'est pas présent » a reçu les prix Hugo et Nebula.
On trouve ainsi au sommaire de ce recueil : deux brillantes uchronies, un thriller paranoïaque haletant, une histoire de deuil et d'anges, une rencontre avec des extraterrestres, une autre avec la post-humanité... Huit textes dont la somme dessine le potentiel hors du commun d'un auteur d'ores et déjà célèbre dans le monde de la science-fiction anglo-saxonne malgré son impardonnable manque de prolixité.

Mon avis :

   Ted Chiang est un auteur rare. Depuis 1990 et sa première nouvelle parue (La Tour de Babylone, justement), il a publié en tout et pour tout 14 nouvelles. De quoi être qualifié de rare, il me semble. Ce qui ne l'empêche pas de crouler sous les récompenses (Hugo, Nebula, Locus, ...). Intrigué, je me suis lancé dans la lecture du recueil La Tour de Babylone, qui regroupe les 8 premières nouvelles de l'auteur.

  La Tour de Babylone, la nouvelle, est la première à entrer en scène. Alors que le reste du recueil tiendra de la science-fiction pure, pour ne pas dire hard-science si j'étais sûr de ce que ça veut dire, ce premier texte s'en éloigne quelque peu. Comme son nom l'indique, il reprend le mythe de la Tour de Babel. Sauf qu'ici, la tour construite par les hommes atteint la voûte du ciel et des mineurs sont appelés pour creuser cette voûte. Improbable ? Délirant ? Absolument pas. Ted Chiang offre un premier texte très crédible et très visuel. La fin est un peu attendue, mais cela ne pose même pas de problème tant le déroulé de l'histoire est maîtrisé.

   Comprends est un techno-thriller. Un homme reçoit un traitement médical pour lui permettre de retrouver ses capacités mentales. Sauf qu'il finit par se retrouver avec une intelligence surhumaine (on pensera forcément à Des Fleurs pour Algernon, la suite sera différente) et est recherché par la CIA. Pendant que l'auteur va faire monter l'histoire pour poser la question de "Comment utiliser une intelligence supérieure ?", le narrateur va lui se demander "Comment communiquer efficacement ?", permettant d'aborder un thème qu'on reverra plus tard. La fin en laissera assurément certains perplexes, j'ai personnellement bien aimé.

   Division par zéro met en parallèle une histoire d'amour et une histoire de mathématiques. J'ai eu du mal à accrocher sur les passages les plus compliqués, ne comprenant que vulgairement ce qui est expliqué. Simplement pas fait pour moi.

   L'histoire de ta vie conte la rencontre entre des humains et des extraterrestres et comment une linguiste va essayer d'entrer en contact. Une superbe nouvelle qui m'a appris plein de choses sur la linguistique et sur les principes variationnels de physique, que l'auteur met en application dans la structure et l'écriture même de son récit. Un foisonnement d'idées mises à la portée de tous. Une belle réussite.

   Comme la précédente, les deux nouvelles suivantes ont un thème commun : la communication (avec tout ce que ça implique : la langue orale, la langue écrite, la compréhension mutuelle, ...), un thème qui semble cher à Ted Chiang. Soixante-douze lettres met en scène une société industrielle avec automates et golems d'argile, avec réflexions sur les noms d'un point de vue un peu plus religieux. L'Evolution de la science humaine est une nouvelle de trois pages sur un futur où les humains seraient scientifiquement dépassés par des méta-humains. Sentiment mitigé : il y a de bonnes choses dans ces deux textes, mais ils sont en dessous des précédents.

   L'Enfer, quand Dieu n'est pas présent est, comme son titre l'indique, une nouvelle sur la religion (un thème déjà aperçu auparavant), et plus précisément sur l'amour de Dieu. Des idées intéressantes, toujours, mais j'attends encore l'illumination qui me permettra d'apprécier ce texte.

   Enfin, alors que je commençais à perdre espoir, le recueil se termine avec Aimer ce que l'on voit : un documentaire. Un documentaire effectivement, puisque c'est une succession de prises de parole de différents intervenants qui débattent de la calliagnosie : la désactivation de la partie du cerveau qui juge la beauté corporelle. Ce texte est bon pour deux raisons. D'abord il apporte de la fraîcheur grâce à une narration différente qui donne un rythme idéal pour un échange d'idées. Et surtout le sujet en lui-même est excellent : comment la beauté nous influence t-elle ? peut-on s'en passer ? quels en sont les enjeux ? Un foisonnement d'idées et d'arguments sur un thème rarement abordé et très intéressant.

   Ajoutez à cela une sympathique postface où Ted Chiang explique le but qu'il a recherché avec chaque texte, et vous aurez compris que ce recueil est bon. Tous les textes ne m'ont pas emballé, les plus scientifiques m'ont été un peu difficiles, mais l'ensemble est convaincant. Je peux comprendre pourquoi l'auteur a une si bonne réputation : l'écriture est fluide, avec souvent la bonne dose d'histoire et d'éléments de réflexions/scientifiques. Un peu trop froide peut-être pour certains, mais l'essentiel ici n'est clairement pas les personnages. Malgré quelques thèmes plutôt récurrent, le renouvellement est au rendez-vous, et il y a forcément, parmi ces 8 nouvelles, des textes qui vous plairont.


Une participation de plus pour le JLNN.

Conclusion :

4/5 : À lire pour des textes copieux où il y a toujours quelque chose à apprendre. 

Rivers of Babylon by Boney M. on Grooveshark
Parce que malheureusement ce fut la première chanson en rapport avec Babylone qui m'est venue à l'esprit...

jeudi 5 décembre 2013

Lucius Shepard - Le Dragon Griaule

Fiche technique :

Titre : Le Dragon Griaule
Auteur : Lucius Shepard
Date de première publication : 2011
Nombre de pages : 444
Taille de l'écriture : Moyenne-basse

Univers : Le Dragon Griaule

Quatrième de couverture :

« En 1853, dans un lointain pays du Sud, en un monde séparé du nôtre par la plus infime marge de possibilité, la vallée de Carbonales, une région fertile entourant la cité de Teocinte et réputée pour sa production d’argent, d’acajou et d’indigo, était placée sous la domination d’un dragon nommé Griaule. Il y avait d’autres dragons en ce temps-là, vivant pour la plupart sur des îlots rocheux à l’ouest de la Patagonie — de minuscules créatures irascibles, dont la plus grande avait à peine la taille d’une alouette. Mais Griaule était l’une des Bêtes géantes qui avaient régné sur un âge antique. Au fil des siècles, il avait grandi jusqu’à mesurer sept cent cinquante pieds au garrot et plus de six mille pieds de la queue au museau... »

Mon avis :

   Après avoir lu maints avis positifs sur Le Dragon Griaule, et plus récemment maints avis positifs sur Le Calice du Dragon, il était tant que je me lance enfin à la découverte de Lucius Shepard et de son univers dragonesque.

   Le Dragon Griaule est un recueil de 6 nouvelles ayant pour point commun ce fameux dragon. Mais Griaule n'est pas un personnage au sens premier du terme. En premier lieu, il est le paysage de ces récits. Pétrifié par un sorcier des siècles auparavant, la faune et la flore se sont emparées de lui pour le faire s'apparenter désormais à une chaîne de montagnes, avec son propre écosystème. Mais alors que son corps est mort, son esprit est lui bien vivant et influence les hommes qui vivent à proximité. C'est cette influence que l'on va découvrir à travers ces six histoires.

   L'homme qui peignit le dragon Griaule est la nouvelle originelle à cet univers, et ça se sent. Plus courte que les autres, on y suit, comme prévu, un homme qui veut peindre le flanc du dragon, pour à la fois réaliser une oeuvre majestueuse et empoisonner la bête. L'histoire en elle-même est bonne, mais la structure du récit est un peu plus compliquée à appréhender. Diverses narrations s'entrecoupent et s'étalent sur une longue période chronologique, rendant la lecture un peu hachée. Une bonne entrée en matière tout de même, qui donne envie d'en lire plus sur cet intrigant univers.

   La fille du chasseur d'écailles nous fait visiter l'intérieur du dragon et ce qui s'y est développé. Une novella qui permet d'explorer une facette étonnante du dragon et qui démontre concrètement son influence. J'ai eu du mal à accrocher à l'histoire en elle-même, un peu longue et inactive à mon goût.

   Le Père des pierres est une novella qui se présente comme un polar. On y suit un avocat désillusionné chargé de défendre un meurtrier plaidant avoir agi sous l'influence du dragon. L'histoire est prenante et surprenante de bout en bout, et s'accommode parfaitement avec de nombreuses réflexions, notamment sur la justice et le libre-arbitre. Ma novella préférée du recueil.

   La Maison du menteur présente une sorte d'histoire d'amour entre un homme et une dragonne. Je me souviens que j'ai aimé ce texte, mais je n'arrive pas à me souvenir pourquoi, si ce n'est qu'il y avait encore une fois, je crois, une bonne adéquation entre histoire et pensées.

   L’Écaille de Taborin aurait aussi pu se nommer Bataille Royale sur Griaule. Des gens sont téléportés prisonniers sur le dragon et doivent survivre. Je dois avouer ne pas avoir compris ce texte, si ce n'est que la fin est une étape essentielle de la mythologie griaulienne, mais tombant un peu au hasard pour moi.

   Le Crâne voit se déplacer l'action. On quitte la vallée de Carbonales pour se retrouver au Guatemala, à notre époque. J'ai failli ne pas finir cette novella tant le fait de revenir dans le monde moderne est un choc. En rupture totale avec les textes précédents, Lucius Shepard sert un texte très politisé, renouant avec l'enjeu initial de L'homme qui peignit le dragon Griaule. Le temps d'absorber la surprise pendant la première partie du texte, la seconde partie est sympathique.

   Presque une nouvelle à part, la postface nous offre le regard de Lucius Shepard sur chaque texte, avec son contexte d'écriture et le but recherché. Très intéressant, on y découvrira notamment le premier récit sous un jour complètement différent.

   Au final, malgré des textes qui ne m'ont pas tous complètement emballés, Le Dragon Griaule est un recueil exceptionnel, pour au moins trois raisons. Tout d'abord, l'univers créé autour du dragon est inédit et superbement bien décrit. Dans cette continuité, il faut saluer la plume de Lucius Shepard : les descriptions sont magistrales et le texte est aiguisé. Mais surtout il sait terminer ses histoires. Même sans chute étonnante, chaque page finale est ciselée pour finir en toute beauté. Enfin, et peut-être même surtout, Le Dragon Griaule offre de nombreux moments réflexions, avec le libre-arbitre et la question des influences au coeur de tout. Mais peut-être est-ce Griaule qui influence ces mots pour vous inciter à le lire, qui sait ?


Une participation de plus pour le JLNN.

Conclusion :

4/5 : À lire pour découvrir toute l'influence que peut avoir un dragon.

To Binge (feat. Little Dragon) by Gorillaz on Grooveshark
Parce que je crois que je ne connais que Little Dragon qui ait un rapport avec les dragons...

lundi 2 décembre 2013

50 auteurs - 50 micronouvelles

Fiche technique :

Titre : 50 micronouvelles
Auteur : 50 auteurs différents
Date de première publication : 2013
Nombre de pages : 105 (epub)
Taille de l'écriture : Moyenne-grande

Quatrième de couverture :

Hemingway n’a peut-être jamais écrit « For Sale, Baby Shoes, Never Worn ». Cette petite annonce a pourtant popularisé la microfiction, un genre littéraire qui fait fureur aujourd’hui, sur Twitter et ailleurs.
À l’occasion de la sortie de La Quatrième Théorie de Thierry Crouzet, le premier thriller intégralement écrit sur Twitter, nous avons proposé à 50 auteurs de nous raconter une histoire en 140 caractères maximum.



Mon avis :

  50 micronouvelles, 50 auteurs est un recueil numérique de micronouvelles, et plus particulièrement de textes de moins de 140 caractères (toute ressemblance avec un réseau social n'est absolument pas fortuite), proposant un panorama de 50 auteurs différents, certains connus, d'autres anonymes, à mes yeux au moins. Découvert grâce à Lune, il est téléchargeable gratuitement ici.

   Je m'étais légèrement initié au domaine de la nouvelle brève, voire ultra brève, avec la lecture de 188 contes à régler de Jacques Sternberg. J'avais apprécié le recueil, mais je crois que je l'apprécie encore plus aujourd'hui. Car la première conclusion que j'ai tiré de 50 micronouvelles est simple : n'est pas Sternberg qui veut.

   À l'image de ces micronouvelles, je ne vais pas faire très long, et je ne vais pas vous détailler les 50 textes. Dans l'ensemble, le recueil est inégal. Il y a une quinzaine de récits qui tiennent la route, avec quelques textes vraiment  bons, dans des genres assez variés. Pour le reste, j'ai trouvé ça vraiment moyen, ne voyant souvent pas l'intérêt. J'ai eu mon lot de "Oui. Et ?" à la fin d'un certain nombre de nouvelles.

   Le format aidant, je ne résiste pas au fait de vous proposer trois exemples de ces micronouvelles, parmi celles qui m'ont convaincu. J'ai dû relire trois fois la première avant de la comprendre, et j'ai aimé l'image qui s'en dégage. La deuxième m'a décroché un rire. La troisième est excellemment bien pensée.

« Nue dans son appartement, elle est surprise de le voir passer si vite du 58e au 56e étage. »
Henri Lehalle

« - Me quitte pas, ai-je dit en regrettant le sang qui coulait de sa lèvre fendue.
- Fumier, jamais plus je vivrai aux crochets d’un boxeur ! »
Pierre Hanot

« ... boucle immédiatement. Police paradoxale ! Quittez cette ... »
Serge Lehman

   Au final, je suis un peu mitigé. Mais pour le temps très réduit que prend la lecture, et pour le prix que cela coûte, vous ne prenez pas un grand risque à lire ce recueil. Si ce n'est de croiser quelques bonnes idées. Un bon risque, non ?


Une participation de plus pour le JLNN.

Conclusion :

3/5 : À lire pour un recueil inégal comportant de bonnes trouvailles.

Mini, mini, mini by Jacques Dutronc on Grooveshark
Parce que ce sont des textes petits petits petits...

samedi 30 novembre 2013

Hiromi Kawakami - Abandons

Fiche technique :

Titre : Abandons
Auteur : Hiromi Kawakami
Date de première publication : 1999
Nombre de pages : 153
Taille de l'écriture : Moyenne

Quatrième de couverture :

Deux amoureux ont décidé de fuir tout ce qui pourrait altérer l’immédiateté de leurs pulsions. Ils partent sur les routes pour s’abandonner à la passion. Fusionner. Jusqu'au plus près de l’autre et de ses silences afin de ne rien laisser échapper...
La tortue chante quand il la bat. Posé sur la fenêtre, l’animal est l’unique témoin de son passé, de sa vie avant Yukio, avant la douleur. Mais pourquoi est-elle là ? Elle ne s’en souvient plus...
Il lui avait demandé de mourir avec lui. Ensemble ils ont sauté. Elle est morte sur les rochers, lui est tombé dans la mer,les pêcheurs l’ont sauvé. Il a retrouvé sa femme, ses enfants, comme avant...

A travers ces nouvelles, Hiromi Kawakami évoque les dérapages de l’amour et du désir dans ce qu’ils peuvent avoir de plus violent comme de plus indicible et magique. De la complicité la plus infime, la plus sublime, à la dépendance sadomasochiste, cette romancière japonaise décrit jusqu’au vertige le besoin d’être aimé.

Mon avis :

   La lecture japonaise du mois de novembre, toujours dans le cadre du Challenge Écrivains Japonais d'Adalana. Ce mois-ci est consacré à Hiromi Kawakami.

   Abandons est un recueil de 8 nouvelles sur le thème... du couple, et plus généralement de l'amour sous toutes ses formes. On pourrait peut-être, en trifouillant un peu les mots, se dire que le thème de l'abandon est présent (les personnages cherchent très souvent à être aimé, et donc à ne pas être abandonner), mais "Abandons" est surtout le titre d'une des nouvelles.

   Outre le thème commun, les 8 textes sont comparables pour leur structure : des récits courts (une vingtaine de pages) racontés d'un point de vue interne par une narratrice. Le résultat en est un panorama de situations à la fois toujours différentes et toujours identiques. Deux textes penchent vers le fantastique, les autres sont des instants de vie communs, faisant parfois penser à une photographie. Le tout sent le minimalisme.

   Il y avait du potentiel dans ce recueil, mais le plaisir n'a pas été au rendez-vous. Outre quelques histoires franchement bizarres, à la limite d'être mal à l'aise, les autres manquent d'un petit truc pour être bonnes. Dû en grande partie au format très court, il n'y a pas de sympathie pour les personnages et les histoires s'enchaînent, répétitives, sans qu'il se passe véritablement grand chose. À vous donner envie d'abandonner.



Une participation de plus pour le JLNN.

Conclusion :

3/5 : À réserver à ceux qui veulent de courtes histoires de couple, pas forcément intéressantes.

Aimer by Damien Sargue on Grooveshark
Parce qu'il s'agit toujours d'aimer... et que cette chanson me semblait devoir aller ici...

jeudi 28 novembre 2013

Leigh Brackett - La Route de Sinharat

Fiche technique :

Titre : La Route de Sinharat
Auteur : Leigh Brackett
Date de première publication : 1963
Nombre de pages : 42 (pdf)
Taille de l'écriture : Moyenne-basse

Quatrième de couverture :

Quelque part, dans quelque avenir, sur Mars. À Jekkara, dans les Bas Canaux, l’aventurier archéologue Carey se cache en attendant de pouvoir lancer une expédition vers la lointaine Sinharat. Les Terriens veulent transformer les inhospitalières Terres Sèches en une oasis. Mais Carey sait que c’est une erreur grave, déjà prouvée par le passé. Et les preuves de ce passé se trouvent nulle part ailleurs à Sinharat. Les autorités terriennes sur ses talons, Carey va tout faire pour survivre sur la route menant à Sinharat.

Mon avis :

   La Route de Sinharat est une nouvelle de Leigh Brackett, extraite du recueil Le Grand Livre de Mars, offerte gratuitement par Le Bélial' pendant le mois de novembre (pour célébrer ce qui aurait dû être la sortie d'un recueil de nouvelles de l'auteure, Stark et les rois des étoiles, finalement repoussée en mars). L'occasion pour moi de découvrir une précurseur de la science-fiction américaine qui a notamment écrit le script originel de L'Empire contre-attaque.

   Je dois avouer que j'avais un peu peur de cette lecture. Je me l'imaginais comme une sorte de nouvelle hard-science, avec de la science-fiction "exploration de planètes" qui n'est pas vraiment mon fort. Et voilà que j'ai tout faux, pour mon plus grand plaisir.

   La Route de Sinharat est une aventure qui porte bien son nom. L'histoire se passe sur Mars, que l'on comprend avoir été conquis par les terriens qui y vivent en cohabitation avec les martiens. On y suit Carey, un archéologue terrien, dans sa quête pour rejoindre Sinharat, une ancienne cité mystérieuse qui recèlerait des informations importantes.

   Je reste volontairement assez vague pour ne rien vous gâcher. Sachez seulement qu'il s'agit d'une aventure avec un peu d'action. Le trio de personnes principaux est sympathique, presque tout comme le "méchant" de l'histoire. Le style de Brackett est un très bon accord entre des dialogues qui donnent du rythme et font avancer le récit et des descriptions qui posent efficacement le paysage en peu de mots. J'ai trouvé que l'écriture était très visuelle, qu'on imaginait facilement l'univers décrit, et c'est très agréable.

   Mais la grande force de cette nouvelle, ce sont les sujets qu'elles abordent. Entre réflexions sur le colonialisme et interrogations sur la technologie, c'est une nouvelle très écologique que nous livre l'auteure. Pourtant écrite en 1963, La Route de Sinharat n'a absolument pas pris une ride et est toujours d'actualité. Aucune raison pour que sa lecture ne soit pas la vôtre, d'actualité.

« - Pourquoi vous tracasser à ce point pour de la poussière et de vieux os ?
- Question de curiosité. Je ne connaîtrai jamais la fin de l’histoire, mais je saurai au moins comment elle a commencé. »

Une participation de plus pour le JLNN.

Conclusion :

4/5 : À lire pour une aventure martienne aux échos pas uniquement martiens.

On the Road Again by Bernard Lavilliers on Grooveshark
Parce que Carey est sur la route, encore...